C’est parce qu’il a voulu que son propos soit concret, préhensible — Die Wahreit ist concret, la vérité est concrète, c’est sa phrase favorite — que Brecht s’est converti au théâtre et qu’il a écrit une poésie qui ne s’aventure presque jamais dans les contrées de l’indicible, du flou artistique et incommunicable. La poésie de Brecht est avant tout communication, échange, dialogue. Elle fournit à son lecteur des indices, des signes, des preuves ; à lui de faire le reste du travail, de tirer la conclusion qui s’impose, même si elle n’est que provisoire.