Est-ce, là aussi, un effet paradoxal de son éducation chrétienne ? Elle a toujours été émerveillée, étonnée, comblée d’entendre un homme lui dire : « J’ai envie de toi. » Pour elle, cette déclaration était bien plus bouleversante que le « Je t’aime » tant attendu des femmes, en général.

Extrait

Et elle repart à la cuisine, troublée, tremblante ; le désir et la frustration montent imperceptiblement en elle. Déjà son bas-ventre est traversé de légers spasmes, prémisses de douleur et de plaisir intimement liés. Déjà elle sent les lèvres de son sexe s’ouvrir, s’humidifier. Déjà elle se sait aliénée.

Ce soir-là, en entrant dans sa chambre, Mathilde est incapable de travailler. Elle attend. Elle a envie qu’il la touche, qu’il s’empare d’elle, qu’il l’utilise, et, elle n’ose pas encore se l’avouer, qu’il l’avilisse.