• Sous-titre: suivi de Lettre de l’Homme à la Femme
  • Auteur(s): Dominique Maes
  • Éditeur: Murmure des soirs
  • Genre: Récit
  • Format: 7.5 x 10 cm
  • Nombre de pages: 96 pages
  • ISBN: 978-2-930657-06-6
  • Parution: 2012
  • Prix: 10 €
  • Disponibilité: Disponible

Chronique du remarquable destin de Sidonie Duchemin, Histoire de culte propose à ceux qui n’ont pas encore eu la révélation de son miraculeux postérieur, d’abandonner toutes leurs pulsions morbides pour s’adonner définitivement au culte du plaisir et de la joie.
Et si, au-delà de la farce et de la gouaille, une petite révolution extrêmement douce était à la portée de chaque main capable de caresse ? Cette philosophie vivifiante se distille dans la Lettre de l’Homme à la Femme, qui propose modestement de bouleverser toute l’histoire de l’humanité. Un tout petit livre peut produire de grands effets !

Extrait

Certaines fictions ayant réussi au point de se transformer en religions, qu’il me soit permis de transcrire ici la chronique très édifiante d’une existence hors du commun afin de distraire un instant les hommes de leur harassante conscience du néant.
J’espère la transcendance provoquée par le rire. Qui sait ? Ce récit sera peut-être colporté par d’autres, enrichi d’anecdotes multiples, réinterprété par quelques talentueux conteurs ainsi que par des visionnaires mystiques auxquels je me défends d’appartenir, préférant l’inconfort d’une pensée s’incarnant dans le réel.
Il me plairait assez cependant et en espérant les droits d’auteur engrangés grâce à ce missel qui se multipliera peut-être miraculeusement tels les petits pains de l’autre, que mon histoire soit le berceau d’un culte nouveau dont les farouches défenseurs n’auraient aucune ressemblance avec les bigots, prêtres, curés, gourous, ayatollahs, chamanes, bonzes ou tout autre sectaire qui méprise le vivant pour lui préférer l’inexistence d’un quelconque paradis.
Ah ! Que viennent vers moi tous les bons vivants de la Terre et que leur rire franc et joyeux guide ma plume et fasse s’épanouir ma narration pour la porter ensuite de bouches sensuelles à oreilles émoustillées.