• Auteur(s): Eva Kavian
  • Éditeur: Les Carnets du dessert de lune
  • Genre: Poésie
  • Péritexte: Ill. de Marie Campion
  • Format: 20 x 14 cm
  • Nombre de pages: 66 pages
  • ISBN: 978-2-930607-59-7
  • Parution: 2019
  • Prix: 12 €
  • Disponibilité: Disponible
  • Distribution: Maison de la poésie d'Amay (B). Générale du livre (F).

« Ce que cherche ton corps/la nuit/en enlaçant le mien/ je ne l’ai pas encore écrit » Il y a eu les « guirlandes amoureuses » ces recueils de poésies érotiques, et « la carte du Tendre » ce pays imaginaire de la vie amoureuse… il y a à présent, la « tresse amoureuse »… Dans ce recueil, Eva Kavian ne cesse d’entrelacer son souffle à celui de celui qu’elle appelle « son mari », comme un nom qui le différencie de tous les autres hommes. Peu importe son nom, il est « mon mari ». La possession amoureuse, elle le possède, il la possède. Et la Tresse progresse : lui/elle, dehors/dedans, nuit/jour, avant lui/avec lui. Un entrelacs que l’on suit dans l’éblouissement des gestes du quotidien. 
Elle s’émerveille/elle s’inquiète. Le bonheur n’est pas une guirlande éternelle, par le fait même de la vie qui coule.
« Parfois le nuit/mon mari/devant son écran/cherche le voyage/que nous ferons/dans quelques mois/pendant que je dors/sans lui. » 
La vie heureuse aura une fin, la vie a une fin.
Le dernier entrelacs de ce recueil est celui-là : la vie avec l’autre/la disparition de l’autre, qui est l’âme du recueil, le tuteur sur lequel la Tresse se forme, solide et fragile à la fois.
— Francesco Pittau

 
Télécharger un extrait.