• Sous-titre: suivi du Complice de Marc Dachy
  • Auteur(s): Daniel Fano
  • Éditeur: Traverse
  • Genre: Récit
  • Format: 13.5 x 20.5 cm
  • Nombre de pages: 106 pages
  • ISBN: 978-2-93078-327-7
  • Parution: 2018
  • Prix: 12 €
  • Disponibilité: Disponible
  • Distribution: Interforum (Belgique).

B. Palmer est de retour à Bruxelles après plus de trois décennies d’absence. Tout ce qui a disparu entre-temps, c’est fou ! Il cherche à retrouver quelques personnages qui ont marqué sa vie ancienne. Un monde perdu réapparaît fugitivement, dans une société vouée à la fabrication de l’oubli et à la falsification des faits : le Bruxelles des ultimes avant-gardes artistiques et littéraires, avec notamment la revue Luna-Park et le Théâtre laboratoire vicinal.
Une évocation dépouillée de toute nostalgie, où pointe l’ironie caractéristique d’un auteur fort singulier.

***

Le 8 octobre 2016 a eu lieu à la librairie Quartiers Latins, place des Martyrs, à Bruxelles, une rencontre hommage à Marc Dachy, « infatigable explorateur des avant-gardes littéraires et artistiques du XXe siècle », un des plus grands spécialistes du mouvement Dada (Dada et les dadaïsmes, Archives Dada, etc.) dont il avait suivi les traces jusqu’au Japon. Un an pile après sa mort, la rencontre réunissait autour de l’animateur Michel Gheude quelques témoins de son extraordinaire aventure : Frédéric Baal, Éric Dachy (frère cadet de Marc Dachy), Yves di Manno et votre serviteur.
Peu avant l’événement, je suis retombé sur un recueil de nouvelles de l’écrivain chilien Roberto Bolaño, Des putains meurtrières. Une des nouvelles tournait autour du deuxième numéro de la revue Luna-Park fondée et dirigée par Marc Dachy. De là l’idée de raconter à ma façon l’histoire d’un personnage qui, à la (re)lecture de la nouvelle de Bolaño, revenait sur ses années 1970 à Bruxelles.
Quand Daniel Simon m’annonça qu’il était prêt à éditer ce récit où fiction et témoignages se trouvaient mêlés, je décidai de lui adjoindre un choix de souvenirs personnels relatifs au rôle déterminant que Marc Dachy avait joué dans ma vie. Souvenirs distribués sous forme de notations rapides, sautillantes. Le récit et le choix de souvenirs s’éclairent ainsi l’un l’autre, mais pas à tout instant, pas systématiquement, pas complètement.
— Daniel Fano