• Sous-titre: 66 autres portraits oniriques
  • Auteur(s): Patrick Lowie
  • Éditeur: P.A.T.
  • Genre: Nouvelles Contes Proses brèves
  • Péritexte: Préface de David Giannoni
  • Format: 13 x 20 cm
  • Nombre de pages: 174 pages
  • ISBN: 978-2-930959-09-2
  • Parution: Mars 2020
  • Prix: 18 €
  • Disponibilité: Disponible
  • Distribution: Maison de la poésie d'Amay (B)

Depuis janvier 2016, Patrick Lowie écrit des portraits oniriques de personnalités très différentes et ce, avec leur totale complicité. Découvrez les portraits sur le site : http://www.next-f9.com
Un premier livre regroupant les 111 premiers portraits a été publié en 2017. Voici donc, le tome 2 et ses 66 nouveaux portraits.
La préface, en forme de portrait onirique de Patrick Lowie, est signée David Giannoni.

Ce livre contient les portraits oniriques de 66 personnalités : Lucie Cauwe, Alain Godefroid, Maco Meo, David Linx, Anaël Snoek, Davide Colasante, Evelyne Toromanian, Carl Jaro, Malika Madi, Alain Cofino Gomez, Françoise Thiry, Nicolas Girard-Michelotti, Viktor Lazlo, Al Clapper, Diana Gianola, Nathaniel Molamba, Agnès Henneguy, Claude Semal, Lilee, Arnaud Delcorte, Laurence Rosier, Mehdi Meskar, Nadia Essalmi, Kenji Takakaze, Katinka Ziesemer, Sofiane K., Yumma Mudra, Joan Condijts, Chantal Deltenre, Gaël Kamilindi, Martine Rouhart, Mehdi Cayenne, Daniela Terrile, Nitin Baranwal, Françoise Schein, Ghanim Al-Sulaiti, Anouk Mahler, Khookha McQueer, Patrick Cardon, Ursula Caruel, Maxime Farrayre, Kayla Smith, Anwar, Christine Le Fort, Florian Houdart, Anne-Laure Brisac, Symon Bryann, Valérie Timsit, Frédéric Martin, Giovanna Massoni, Edoardo Brusco, Valérie Nimal, Eric Petr, Delphine Arras, Marc Kiska, MoncorgéM, Jimmy Bregy, Loubna Serraj, Christophe R. Carrozza, Abia Dasein, Moha Souag, Ghizlaine Chraibi, Laurent Herrou, LEM, Carl Gustav Jung, Meriem Hadj Hamou.

Extrait
Dans le rêve, je pose nu devant le photographe. Je lui dis : Marc Kiska, je ne vous apprends rien en vous disant que les Caréliens parlent le carélien et que les Surréalistes veulent parler la langue du désir. C’est la première fois que je me souviens d’avoir rêvé de ma nudité. J’avais reçu un message d’un chaman du Chili qui me conseillait de me mettre nu à minuit devant un miroir – le plus grand possible – et, tout en regardant mon reflet, de répéter à haute voix : je t’aime, je t’aime, je t’aime. Il me suggéra également d’écouter les voix mentales critiques, jugements et autres insultes plus ou moins déguisées. Marc Kiska me demande de ne plus bouger.