• Sous-titre: Le Choix du spectre
  • Auteur(s): Daniel Bougnoux
  • Éditeur: Les Impressions Nouvelles / Bâtons rompus
  • Genre: LittératureThéâtre
  • Format: 14.5 x 21 cm
  • Nombre de pages: 208 pages
  • ISBN: 978-2-87449-314-0
  • Parution: 2016
  • Prix: 18 €
  • Disponibilité: Disponible
  • Distribution: Harmonia Mundi (Belgique et France).

On dit qu’aux premières représentations d’Hamlet, William Shakespeare se réservait le rôle du spectre. Et si ce choix, loin de se limiter à ce rôle, avait été celui d’une vie entière ? Être ou ne pas être exprime une alternative essentielle peut-être à l’identité d’un auteur décidément ailleurs : les maigres documents dont nous disposons sur la vie du Shakespeare officiel suggèrent, en creux, le portrait d’un homme qui ne cesse d’effacer ses traces ou se dissimule tenacement.

Le choix même du théâtre, brassage à profusion de voix, de prises de position et de visages, aggrave cette ontologie vacillante : « Shakespeare » un et toujours multiple se tient entre, plusieurs personnes, plusieurs langues, plusieurs cultures ou identités, dont quatre siècles de gloses et d’interprétations n’ont pas percé le masque. Quelle surprise de constater que comme la Bible, ou l’Iliade et l’Odyssée, cette œuvre parmi les plus commentées du monde ne soit pas clairement signée !

Après avoir rappelé l’inanité de la thèse officielle qui lui assigne pour père le bourgeois de Stratford-upon-Avon, et à la suite de l’hypothèse récente formulée par Lamberto Tassinari, Daniel Bougnoux part à la recherche d’un auteur autre : John Florio (1553-1625), né à Londres mais d’origine italienne, et juive, avait des qualités de lexicographe, de traducteur et d’érudit qui font de lui un prétendant autrement plus crédible. Et le véritable Shakespeare dans ce cas aura mené une vie plus exposée et compliquée qu’on ne pense.