• Auteur(s): Philippe Mathy
  • Péritexte: Illustrations d'André Ruelle
  • Éditeur: L'Herbe qui tremble
  • Distribution: Autodistribué.
  • Genre: Poésie
  • Format: 14 x 21 cm
  • Nombre de pages: 108 pages
  • ISBN: 978-2-918220-00-8
  • Parution: 2009
  • Prix: 12 €
  • Disponibilité: Épuisé

Le recueil de Philippe Mathy sort des presses d’une maison d’édition parisienne. Echo d’une patiente présence aux êtres et au monde.

« Où vont les lieux quand on les quitte ? » interroge le poète. Son livre n’offre pas de réponse. Il invite le lecteur à la halte. Ici et là, sur les sentiers de l’existence, chacun peut puiser l’eau vive qui court entre les lignes.

Pour ces pages neuves, Philippe Mathy s’est adressé à un duo passionné qui viennent de fonder L’herbe qui tremble, une maison d’édition qui porte le titre d’un livre du belge Paul Willems. Le peintre André Ruelle a illustré l’ouvrage : quatre frontispices donnent à voir des femmes attentives, singulièrement rêveuses.

« Ce recueil est une histoire d’amitié », résume l’auteur. Si les nouveaux éditeurs se sont épris d’un texte venu de Wallonie picarde, le plasticien et le poète avaient déjà travaillé ensemble. Comme d’autres belles initiatives, l’élan éditorial aboutit à un livre de belle facture, tissé de couleurs douces et denses, frappé d’une silhouette résolue. Une saison s’enfuit, une autre s’annonce : le regard de l’automnale passante épie l’horizon.

« Ce qui me guide, c’est l’appétit du commencement », confie le poète. « La marche est une invitation à prendre le temps de voir ce qui est petit, et à se rendre compte combien c’est grand. J’aime percevoir la lumière dans un paysage, à la surface des champs ou des objets. C’est elle qui donne du relief aux choses. »

Françoise Lison, Le courrier de l’Escaut